article voix du jura pour les portes ouvertes

 

Dans ce lieu, on peut trouver une imprimante 3 D, une fraiseuse à découpe numérique, une découpe laser et bien d’autres outils dans l’air du temps. Le concept est la mise à disposition des machines pour réaliser un projet, réparer des pièces.

« C’est un lieu de partage de connaissances et d’apprentissage de nouvelles choses entre les participants. Le but est de vulgariser les nouvelles technologies », ajoute Ludovic David, président de l’association Net-Iki.

Mais avant d’utiliser ces machines pour usiner des pièces, le dessin est indispensable et l’association propose des ateliers à thème un samedi sur 2 pour apprendre à réaliser ses objets. Un exemple de collaboration avec l’association de patchwork Au fil des rêves qui vient faire ses découpes de tissu et de carton sur la découpe laser. Un gain de temps pour fabriquer la matière première des créations en patchwork.

L’adhésion au fablab est de 25 € par an. Elle donne l’accès au cours pour apprendre à dessiner en 2 D et en 3 D. À cela s’ajoute le coût horaire des machines en cas de réalisation de pièce qui varie en fonction de l’outil utilisé.

 

En 2018, le fablab a investi dans une découpe laser et une fraiseuse à commande numérique. D’ici fin 2019, l’association souhaite acquérir une nouvelle imprimante 3 D à stéréolithographie qui dispose d’une plus grande capacité et remplace la machine actuelle qui a 7 ans. 

 

fablab-biarne-854x569

article version pdf

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *