Le Progrès 27 juin 2012

Numérique : le premier FabLab rural est inauguré ce soir à Biarne

Numérique : le premier FabLab rural est inauguré ce soir à Biarne

Publié le 27/06/2012 à 06:00

Association. Net-Iki propose la création d’objets en 3D accessible à tous.

C’est une première en milieu rural, l’association Net-Iki a créé un FabLab à Biarne.

Il en existe dix en France, huit sont en projet, et donc un à Biarne aux côtés de Paris, Toulouse, Nancy ou Nantes… « Un Fab Lab est l’atelier du bricoleur du XXI e siècle, traduit Raynald Blondeau, président de l’association Net-Iki. Les participants pourront créer n’importe quel objet qu’ils verront se réaliser sous nos yeux. On passe du numérique à la réalité. »

La structure propose ni plus ni moins que de la recherche et développement à la portée de tous. Tous types de pièces pourront être réalisés, soit en utilisant des fichiers existants dans une bibliothèque d’objets 3D, soit en créant le dessin sur ordinateur grâce à des logiciels 3D. Le FabLab se compose d’un PC avec deux écrans pour faire de la 3D, d’une imprimante 3D et de kits robotiques. L’imprimante 3D permet de produire des pièces en plastique (à base de 40 % de maïs) dans une dimension maximale de 20cmx12x12. « Cela permet de faire des pièces, des prototypes en taille réduite ou de réaliser une pièce en plusieurs morceaux » indique Raynald Blondeau. Et de citer pour exemple : « Je suis passionné d’astronomie et pour observer le soleil, il faut mettre un filtre. Grâce à l’imprimante 3D, je pourrai créer un support, un disque légèrement relevé, pour fixer une feuille de filtre dessus. Ca me coûtera 1 ou 2 euros au lieu de 70 euros, le prix d’un filtre. »

Le FabLab est ouvert à tous. Il fonctionnera dès la rentrée « avec des horaires à déterminer, précise le président, soit le samedi après-midi ou le dimanche matin. » Il faudra s’acquitter de l’adhésion à l’association (10 euros ; 15 euros pour une famille) et il reste à déterminer le coût d’une création d’objet. Des cours d’initiation seront donnés, dès septembre « car on veut s’adresser à tous, quel que soit le niveau ».

« Le FabLab est une notion qui est née à l’Institut de technologie du Massachusetts, explique Raynald Blondeau. Le but était de rapatrier certaines fabrications au niveau local et pour que les pays en voie de développement puissent avoir leur point de production pour inventer, créer, bricoler. Il y avait environ 150 FabLab dans le monde fin 2011. » Il existe une charte FabLab : « Le règlement indique que les FabLab doivent permettre de communiquer, de fonctionner en collaboration pour échanger des idées, des bonnes pratiques avec des machines qui soient le moins cher possible. Nous par exemple, on a échangé avec Ouagadougou car on a rencontré les mêmes problématiques. »

Net-Iki est née il y a 4 ans d’un collectif de gens revendiquant l’accès à l’ADSL en milieu rural. Et l’association n’en a pas fini de promouvoir les nouvelles technologies. « Le but ultime est de montrer que les ruraux se bougent et que les Autorités comprennent que les villages ont besoin, au même titre que l’eau ou l’électricité au siècle dernier, d’une connexion Internet rapide, observe le président de Net-Iki. On est dans des zones où il y a une grosse difficulté pour avoir Internet. Or le problème de vitesse de connexion constitue une fracture numérique, tout comme l’aspect financier. »

Nathalie Bertheux |

Publié le 27/06/2012 à 06:00

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *