Un fablab ouvrira en octobre au lycée Paul-Emile-Victor

Un fablab ouvrira en octobre au lycée Paul-Emile-Victor

Publiée le 29/09/2013 – Le Progrès.fr

Innovation. C’est en octobre que sera installé le 2e fablab du Jura. Il sera accessible à tout le monde dans les locaux du lycée Paul-Emile-Victor.

l Minguet et Gilles Ramseer, « deux merveilleux fous créant dans leur drôle de cuisine ». Photo Philippe Galland

« Steeve Jobs, cofondateur d’Apple, a débuté dans un garage. Nous, nous démarrons dans une cuisine », confie non sans humour Pascal Minguet, l’un des animateurs du fablab de Biarne. Car, bien entendu, les deux projets n’ont rien à voir, pas même leurs ambitions. Le créateur du Macintosh s’inscrivait dans une démarche industrielle, les fablabs, eux, sont à vocation artisanale.

Produire des pièces d’imprimantes 3 D

C’est dans quelques jours, durant le mois d’octobre, que Gilles Ramseer, auto entrepreneur « Greelec », au Pasquier, animera le deuxième fablab du département, à Champagnole. « Un fablab est la plupart du temps adossé à un établissement scolaire. C’est donc à P-E-V que sera ouverte cette structure », explique-t-il. Gilles Ramseer, soutenu dans sa démarche par Pascal Minguet, répondait, il y a quelques mois, à un appel à projet gouvernemental, à l’initiative du ministère du Redressement productif, via le secrétariat d’État de Fleur Pellerin, en charge l’innovation et de l’économie numérique. Pour Gilles Ramseer : « A Champagnole, nous travaillerons en lien avec l’entreprise Feuvrier, spécialisée dans la distribution d’extincteurs. Philippe Basille, chef de projet au lycée P-E-V, sera au cœur du système ». « Il n’y a pas deux fablab identique. Ils s’adaptent au territoire », rappelle, quant à lui, Pascal Minguet. Rapidement, du moins l’espère-t-il, Gilles Ramseer devrait donner un statut particulier à Champagnole. « Nous avons en projet de devenir pilote en matière de reproduction de pièces pour imprimantes 3 D. Nous sommes en lien avec un fabricant, société dans laquelle travaille Emmanuel Gilloz, animateur du fablab de Nancy. Bien sûr, il ne s’agit pas de piratage. Dans un fablab, tout est transparent et légal. Nous travaillons uniquement avec des licences gratuites et libres de droit et de reproduction, ce que l’on appelle l’“open source” ».

« Le fablad est un vecteur du lien social pour le territoire, explique Pascal Minguet. Si l’on fabrique des pièces en 3 dimensions, grâce à une imprimante spéciale, on peut aussi y réparer son aspirateur ou tout appareil ». Et de citer un exemple « cette dame venue nous visiter car un bouton de sa cuisinière était cassé. Bien sûr, le modèle n’existait plus. Nous avons recréé une pièce, en fait deux, au cas ou… Quelques heures après, elle est revenue pour nous demander combien elle nous devait. Nous avons dit : “faites-nous une tarte”. Cela illustre l’importance d’un tel lieu pour qui que ce soit ».

Mais Champagnole n’est qu’une étape dans le projet de Gilles Ramseer. Partant du principe que les fablab travaillent en réseau, je porte deux autres projets sur l’arc jurassien : Morteau et Saint-Claude. «Qui seront opérationnels l’an prochain », précise-t-il. Et de conclure : « Dans un fablab, les gens viennent concevoir, imaginer ou partager ce qu’ils veulent. Cela ne coûte que l’adhésion à l’association.

Propos recueillis par Philippe Galland

a propos de l auteur

Passionné, curieux, vulgarisateur, gastronome, chaleureux... Vice-président de Net-iKi, à Jouhe Créateur du Net-village.org Barcampeur et blogueur Et fondateur de TMHC.info