Archives pour l'étiquette fibre optique

Un fibre optique dans un village et 20 emplois de créés…

C’est possible et c’est dans le Jura… alors si on se mobilise on y arrive… à vous de voir. tadeo1

Un nouveau métier pour revitaliser les zones rurales

La fibre optique et 20 emplois dans un village très reculé de 90 habitants

Revitaliser les zones rurales en perte d’attractivité économique et faire bénéficier les demandeurs d’emploi de la région de nouveaux métiers du numérique, c’est le pari que la société française Tadeo est en passe de réussir grâce à une forte mobilisation de ses entreprises partenaires, dans le cadre d’un partenariat Grandes Entreprises / PME Innovante, et des acteurs locaux concernés.

Madame Roselyne Bachelot-Narquin, Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, lors du colloque d’ouverture de la Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées organisé par l’ADAPT le 14/11/2011 a d’ailleurs apporté son soutien à l’initiative de Tadeo par ces mots :

… « Je pense ainsi à Tadeo, dont le directeur Hervé Allart de Hees est ici. En installant un centre d’appel dans le cœur du Haut-Jura, il a fait venir la fibre optique, et créé 20 emplois. Si ce n’est pas une stratégie gagnant gagnant, à quoi se fier ? » …

Madame la Ministre a, de nouveau, salué cette initiative lors de la soirée organisée par l’Association des Paralysés de France le 17/11/2011.

Tadeo libère le talent et le potentiel de communication entre les personnes entendantes et sourdes.

Tadeo est une plateforme de technologies et de services qui délivre des prestations de Transcription Instantanée de la Parole et de visio-interprétation en Langue des Signes.

Elle permet la communication professionnelle entre les entendants et les sourds ou malentendants notamment au téléphone, en réunion, en formation… et offre ainsi à tous une solution de communication universelle, réactive et spontanée.

Derrière la plateforme de technologies et de services Tadeo, un nouveau métier : e-transcripteur®

Tadeo a donné naissance à une toute nouvelle activité, la e-transcription®, soit la transcription à distance des conversations entre personnes entendantes et sourdes. En raison de sa nouveauté, cette activité, basée sur des nouvelles technologies, ne peut pour l’instant bénéficier des dispositifs de financement de la formation. Traitée en ruralité, l’équation trouve sa solution grâce à des acteurs locaux particulièrement engagés.

Tadeo a présenté son projet à des collectivités locales éloignées des grands centres urbains. Projet assis moins sur les diplômes que les habiletés.

Le Jura, première collectivité à signer un accord public/privé avec Tadeo pour une installation dans le Haut Jura.

Les élus du Jura ont été les premiers à faciliter l’implantation d’une plateforme Tadeo dans le Village de Bellecombe. Dans le cadre d’un Accord Public/Privé, Tadeo va créer 20 emplois dans ce village très reculé qui compte aujourd’hui 90 habitants. Pendant presque 2 ans, ces personnes recevront une formation au métier d’e-transcripteurs® et pourront à terme permettre à des milliers de salariés, clients, administrés, usagers ou bénéficiaires entendants et sourds de communiquer ensemble en toute autonomie.

Les acteurs engagés qui ont été moteurs dans le succès du projet

– La Commune de Bellecombe pour l’accueil de la future structure

– Le Conseil Général du Jura, pierre angulaire technique de l’accord

– Le Conseil Régional de Franche Comté, pour le financement de la formation

– La DIRRECTE, pour la coordination globale du financement de la formation (avec le concours d’Imperial Tobacco)

– Le Pôle Emploi Franche-Comté – St Claude pour le recrutement des stagiaires et le financement de la formation

– Les partenaires fondateurs de Tadeo (Air France, Areva, Alcatel-Lucent, BNP Paribas, Cap Gemini, Crédit Agricole SA, Delta Process, GMF, Lyonnaise des Eaux, Pôle Emploi, Siemens, Sopra et Thales), pour l’ingénierie d’élaboration du concept d’installation en zone rurale.

Au-delà de l’accord, un gisement de milliers d’emplois pouvant être créés dans des zones rurales à revitaliser

Grâce à ce 1er accord, Tadeo et ses partenaires, aidés par les territoires, confirment leur volonté de créer et d’innover économiquement en participant à la revitalisation des zones rurales par la création de nouveaux emplois responsables.

En effet, avec la création de micro-plateformes en zones rurales à revitaliser et la nouvelle économie du numérique, c’est un contexte sans précédent qui réussit à mettre en œuvre une dynamique économique et durable à fort impact sociétal avec de nombreux bénéfices :

–        Compétitivité et développement des territoires

–        Réduction de la fracture numérique par l’accélération de la mise en œuvre du très haut débit

–        Création d’emplois et accès à l’emploi des personnes handicapées

–        Désenclavement de l’espace rural et inversion du solde migratoire de population

Comme l’indique Hervé Allart de Hees, Fondateur et Président de Tadeo, «  notre implantation dans le Haut-Jura a été rendue possible grâce à la formidable mobilisation des élus. Interlocuteurs disponibles, accélération des procédures administratives, mise à disposition d’infrastructures… pour moi, le symbole de cette renaissance locale, permise par la formation à ces nouveaux métiers, est l’arrivée de la fibre optique au cœur d’une Vallée auparavant exclue de la carte numérique. C’est toute la collectivité qui va ainsi bénéficier de l’arrivée de notre activité. »

www.tadeo.fr

Ca fibre à Dole

Fibre_optique_pose_2Visiblement la fibre arrive à Dole et irrigue les rues…

Vous avez sans doute vu comme moi les tranchées fines de 10 à 15 cm, le camion avec le la fibre…

Quid de nos villages ?

« Liberté, Egalilté, Fraternité » … on va peut être devoir effacer cette devise qui ne veut plus dire gand chose non ?

Evidemment l’association Net-iKi et le collectif de lutte contre le bas débit (site Internet sans image, ni vidéo accessible en bas débit et uniquement consacré à la problématique Internet liée à la ruralité) continuent  à se battre pour que nos villages ne soit mis au banc du numérique…

Elections régionale : la Présidente de la région et la fracture numérique

Les élections régionales approchent à grands pas. Marie-Guite Dufay, présidente de la région répond aux questions de Nicolas Guillaume sur la fracture numérique, la fibre optique et le très haut débit…

(c) macommune.info
(c) macommune.info

Extrait : « Ceci dit, et devant l’absence de volonté des acteurs privés et de l’Etat jusqu’à présent dans ce domaine, je suis convaincue qu’il est indispensable que nous renforcions nos actions sur les TIC.
Je partage donc votre souci d’uniformiser dans un premier temps les actions menées par les différentes collectivités dans notre Région, et je prends l’engagement de mettre la question des TIC à l’ordre du jour de la conférence des exécutifs…
 » lire l’article complet

C’est pas gagné… Va encore falloir se bouger et se mobiliser si on ne veut pas rester à 2 Mbps encore 10 ans !

Net-iKi et le collectif avancent, mais venez nous rejoindre, dans ce type de dossier c’est la mobilisation la plus grande qui est la plus efficace…. Les dernières informations concernant la saturation des pylônes Wi-Max (Monières et Jouhe/Menotey) « çà va être régler rapidement« . Nous en saurons plus la semaie prochaine. Ca fait plus de deux mois que çà dire et que çà n’a pas été anticipé par l’opérateur/délégataire du réseaux Connectitc 39 !
Toutes les informations concernant Internet sont mises à jour sur le site du collectif.

Une agence pour le numérique

Une dépêche AFP, suite à la présentation du Grand emprunt…

chrome-205_noshadowDe Katell ABIVEN (AFP) – 19/11/2009

PARIS — La création d’une Agence publique pour le numérique est le point central d’une enveloppe de 4 milliards d’euros consacrée par le grand emprunt aux nouvelles technologies, dont la moitié sera dédiée au déploiement de la fibre optique.

L’Agence aura pour but de « co-investir dans l’économie numérique » en cherchant systématiquement à partager les frais avec des sociétés, des collectivités territoriales ou l’Union européenne.

Une manière, selon la commission Rocard-Juppé, de rattraper le « retard » de la France en matière de débit internet, de logiciels ou d’utilisation des technologies en entreprise.

Septième et dernier axe de l’emprunt, le numérique récolte 11% de la somme totale (35 milliards).

Un montant bien inférieur à celui évoqué en septembre, lors d’un séminaire interministériel, pour couvrir en très haut débit 100% de la population: pouvoirs publics et professionnels estimaient qu’il faudrait entre 20 et 40 milliards d’euros sur 10 ans.

L’internet ultra-rapide est pourtant l’axe majeur du volet numérique du grand emprunt, le rapport reconnaissant que « les financements privés sont insuffisants » pour son déploiement, surtout dans les zones rurales. Un fonds spécial de deux milliards lui sera consacré dans l’Agence pour le numérique.

……. Lire la dépêche