Comment reconnaître un fumeur cannabis ?

Comment reconnaître un fumeur cannabis ?

Les Français comptent parmi les plus gros consommateurs de cannabis d’Europe. Les adolescents sont nombreux à s’y essayer au lycée ou à l’université. L’usage récréatif n’est pas lourd de conséquences, mais si l’habitude s’installe, alors fumer des joints peut poser problème. Apprendre les signes qui permettent de reconnaître un fumeur de joint peut aider les parents et les proches à réagir en cas de besoin.

Les signes qui trahissent un fumeur de cannabis

Il existe deux types de signes qui permettent de reconnaître un fumeur de joint : ceux liés à la consommation immédiate de cannabis et ceux liés à une consommation régulière sur le long terme.

La première catégorie permet aux parents et aux proches inquiets de reconnaître si leur enfant a fumé du cannabis, notamment quand il rentre de soirée. Les signes les plus courants sont :

  • Les yeux injectés de sang et très rouges
  • Les pupilles dilatées
  • Le regard vague
  • Difficulté à articuler et lenteur du discours
  • Étourdissement et maladresse exagérés
  • Appétit démesuré
  • Syndrome de la bouche sèche
  • Fou-rires

Avec le temps, les fumeurs de joint ont tendance à s’accoutumer. Ils augmentent progressivement leur consommation, mais les effets sont de moins en moins importants et de moins en moins visibles. La tendance peut même s’inverser et les signes qui trahissent le fumeur de joint apparaissent justement quand il ne consomme pas de cannabis pendant plusieurs jours. Il devient alors surtout irritable et agité.

Quels sont les comportements d’un homme qui fume des joints ?

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles vous pourriez souhaiter identifier un fumeur de cannabis. Qu’il s’agisse de votre enfant ou d’un proche, ou bien que vous soyez sur le point de vous engager dans une relation amoureuse, l’addiction au cannabis n’est pas un problème à prendre à la légère. Or, sa consommation récréative peut malheureusement vite devenir une addiction. Voilà pourquoi il est important de reconnaître les comportements d’un homme qui fume des joints.

Les fumeurs de joint dont la consommation pose problème fument régulièrement et en grande quantité. C’est une évidence, mais qu’il faut prendre la peine de souligner. S’il vous arrive vous-même de fumer ponctuellement du cannabis et que vous ne supportez pas de fumer avec quelqu’un à cause des quantités trop importantes de cannabis qu’il consomme, alors il s’agit sans doute d’une consommation problématique.

Un homme qui fume trop de joints développera une addiction. Comme toutes les addictions, elle deviendra le centre de son existence et passera avant tout le reste. Voici quelques comportements dont il faut se méfier :

  • Il choisit toujours la consommation de joint plutôt que d’autres activités
  • Sa consommation l’empêche de faire certaines choses essentielles (travailler, faire les courses, etc.)
  • Il s’énerve et panique quand il n’a plus de cannabis à disposition

Enfin, si vous demandez à quelqu’un d’arrêter de fumer ou de diminuer sa consommation de cannabis, au moins quand il passe du temps avec vous, il est inquiétant qu’il refuse. Pis encore, s’il se cache pour fumer et vous ment, alors il souffre clairement d’addiction.

Peut-on reconnaître un fumeur de cannabis à son physique ?

Outre les conséquences immédiates du cannabis sur le physique (yeux rouges, regards absents, etc.) on entend souvent dire que les effets à long terme permettent de repérer un fumeur de joint rien qu’à son physique.

Effectivement, sur le long terme, le cannabis a certaines conséquences notables. D’un point de vue physique, il a tendance à assécher la peau, à rendre le teint plus gris et à faire apparaître des cernes creusés et très colorés. Les dégâts intellectuels qu’il cause provoquent aussi une perte importante de la capacité à retenir les informations et des difficultés intellectuelles.

Cependant, tous ces symptômes peuvent aussi être dus à d’autres problèmes médicaux sérieux et très différents. Il ne faut donc pas se hâter de juger tous ceux que l’on soupçonne de consommer du cannabis.

Louna H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *