Ecosia, le moteur de recherche écologique qui promet de nous faire planter des arbres

Ecosia, le moteur de recherche écologique qui promet de nous faire planter des arbres

Ecosia augmente sa popularité depuis quelques années : ce moteur de recherche écologique parvient à séduire de plus en plus d’adeptes. Lorsque vous utilisez ce moteur de recherche, celui-ci promet que vous contribuez à planter des arbres. Alors qu’en est-il vraiment ? Ecosia serait-il vraiment le symbole d’un nouvel Internet responsable permettant aux internautes d’œuvrer pour l’environnement sans bouger de leurs chaises ?

Ecosia, l’initiative d’un engagé

Christian Koll, après avoir réalisé des études de commerce, décide d’entreprendre un voyage autour du monde, en se rendant notamment au Brésil. Il en ressortira transformé : sur place, il constate avec malheur les énormes dégâts provoqués par la déforestation. À son retour en Allemagne, une idée germe dans son esprit : Ecosia est créée le 7 décembre 2009. La société développe alors un moteur de recherche gratuit, dont une grande partie des bénéfices sont utilisés pour planter des arbres. Une recette qui s’est révélée payante, la petite start-up étant désormais une entreprise qui emploie 45 personnes.

Depuis sa création, pas moins de 80 millions d’arbres ont été plantés. C’est en France que le moteur de recherche est le plus populaire avec 3 millions d’utilisateurs. Au total, Ecosia affirme détenir 15 millions d’utilisateurs actifs au total par mois, qui génèrent en moyenne plus de 400 millions de requêtes.

Comment le moteur de recherche fonctionne ?

Les résultats des demandes des internautes sont fournis par le moteur de recherche de Microsoft Bing, mais le système dans sa globalité a été amélioré par des algorithmes d’Ecosia et doté d’encarts publicitaires Yahoo.

L’entreprise propose aussi des « Ecolinks » qui permettent aux internautes de faire des dons directement à des associations lorsqu’ils réalisent des achats en ligne. On peut aussi observer des petits symboles sur certains sites internet d’entreprises et d’organisations : ils ont pour vocation d’informer les utilisateurs sur l’impact environnemental de celles-ci. Ainsi, une icône feuille se réfère aux acteurs responsables écologiquement, tandis qu’une icône usine indique les plus polluants.

Pour télécharger Ecosia, la manœuvre est très simple. Il faut, dans un premier temps, se rendre sur www.ecosia.org, pour ensuite cliquer sur « Ajouter Ecosia à Chrome ». Un nouvel onglet s’ouvre, il faut encore cliquer sur « Ajouter’. Et voilà, vous n’avez plus qu’à écrire vos requêtes, comme avec les autres moteurs de recherche.

Sur quel business model ?

Le plan économique est simple. Comme la grande majorité des moteurs de recherche, Ecosia contient des publicités, visibles par ses utilisateurs. Chaque clic effectué sur l’une d’entre elles permet à l’entreprise de gagner quelques centimes d’euros. Étant donné que celle-ci fait partie du Search Network de Microsoft, le gain est d’abord attribué à Microsoft, avant que la société n’en reverse un pourcentage à Ecosia.

Parmi les bénéfices totaux, une partie est reversée à la plantation d’arbres. De manière générale, la moitié du chiffre d’affaires est consacré à cette initiative, tandis que l’autre moitié sert à assurer les charges, les frais de publicité et à réaliser des économies pour des investissements environnements plus importants, comme la construction de centrales solaires. Par exemple, on peut constater en analysant le rapport d’activité d’Ecosia du mois de novembre 2019, que sur 2,07 millions de revenus, 945 000 euros ont été reversés uniquement à la plantation d’arbres. De manière générale, sachant qu’une requête rapporte en moyenne 0,5 centime d’euro, il faut 45 requêtes en tout pour financer la plantation d’un arbre.

L’argent est reversé directement à des organisations présentes dans seize pays : Brésil, Burkina Faso, Colombie, Espagne, Ethiopie, Ghana, Haïti, Indonésie, Kenya, Madagascar, Maroc, Nicaragua, Ouganda, Pérou, Sénégal et Tanzanie. Celles-ci s’occupent directement sur place de planter des arbres dans des zones considérées critiques en terme de biodiversité, ou dans des endroits menacés, alors qu’ils accueillent un nombre très important d’espèces végétales.

Comment s’est-il popularisé ?

Le moteur de recherche Ecosia a su séduire les internautes et les influenceurs. Il apparaît dans un premier temps, en août 2018, dans un reportage réalisé par Brut, un média très suivi sur la toile, sur les arbres plantés en Tanzanie, grâce à lui. Plusieurs youtubeurs étaient présents avec les journalistes pour afficher leur soutien, notamment Max Bird, EnjoyPhoenix ou DocSeven.

Un autre youtubeur connu, le Grand JD, qui avait réalisé une vidéo sur la déforestation liée à l’huile de palme, a aussi consacré une vidéo entière afin d’expliquer le fonctionnement d’Ecosia, après s’être rendu en Indonésie pour constater de lui-même les actions mises en place.

Un moteur de recherche peut-il vraiment être écologique ?

Tout le monde le sait, un moteur de recherche emmène forcément de la pollution, ne serait-ce que par le biais des grands data centers nécessaires à son fonctionnement. Ecosia étant relié à Microsoft, c’est celui-ci qu’il faut prendre en compte. Les centres de l’entreprise américaine sont fournis à 60 % par de l’énergie renouvelable, alors que Google, son plus grand concurrent, est alimenté à 100 % par des énergies vertes.

Cependant, si l’on considère Ecosia uniquement, l’entreprise est capable de produire deux fois plus d’énergie solaire que nécessaire pour alimenter toutes les recherches des internautes, grâce à ses centrales photovoltaïques installées en Allemagne. Elle parvient donc à neutraliser 100 % des émissions de CO2 qu’elle produit. La petite structure détient d’ailleurs la certification « B Corporation », un label difficile à obtenir car il faut répondre à des standards éthiques et environnementaux stricts.

Ecosia respecte t-il l’intimité de ses utilisateurs ?

Le moteur de recherche affirme ne pas garder les données collectées plus de sept jours. Celles-ci sont recueillies pour en apprendre davantage sur la manière dont les internautes utilisent Ecosia, mais aussi pour des raisons de sécurité, notamment la lutte contre les spams. Aucun profil personnel n’est conçu à partir de l’historique de recherche et les adresse IP sont anonymisées, même si cela ne signifie pas que vous êtes intraçable ! En résumé, Ecosia s’engage à ne jamais communiquer ou vendre les données de ses utilisateurs à un tiers.

Il ne faut cependant pas oublier qu’Ecosia fonctionne avec Bing. Par le biais d’Ecosia, Microsoft récupère donc des informations. Mais l’entreprise assure avoir négocié avec le géant pour que celui-ci anonymise automatiquement l’historique de recherche de chaque internaute, ainsi que son identifiant unique, après une période de quatre jours.

En conclusion

En définitive, Ecosia semble bien être une initiative très intéressante d’un point de vue écologique. L’entreprise se montre plutôt transparente sur son fonctionnement, ce qui inspire confiance. Grâce à son fondateur, il est désormais possible de contribuer en tant qu’internaute à lutter contre la déforestation : il suffit juste de réaliser ses requêtes habituelles, sans bouger de chez-soi. Alors pourquoi s’en priver ?

 

 

Louna H.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *