Comment bien choisir ses chaussures de course/running ?

Comment bien choisir ses chaussures de course/running ?

La course à pied est un sport excellent pour la santé, à tout point de vue. Elle améliore notre système immunitaire, notre santé cardiaque tout en musclant notre corps. Elle permet aussi de se forger un mental d’acier et de décharger son stress. De plus en plus de personnes souhaitent se lancer dans l’aventure, mais encore faut-il être bien préparé. Les chaussures de running doivent être sélectionnées selon plusieurs critères précis, pour qu’elles vous accompagnent et vous aident au mieux dans votre pratique sportive.

Définir vos objectifs

La bonne paire de chaussures ira de pair avec vos envies. Suivant combien de temps vous allez courir, où et comment, vous serez emmené à vous tourner vers différents modèles de baskets.

Si vous avez prévu de faire de la course d’endurance une à trois fois par semaine, tournez-vous vers les chaussures capables d’endurer 30 à 50 km par semaine. Si par contre vous comptez sur une activité plus intense, soit entre trois et cinq fois par semaine, choisissez des chaussures qui permettent de faire 50 à 70 km par semaine. Pour les grands sportifs qui prévoient de longs circuits, comme des marathons, il faudra se tourner vers les chaussures adaptées aux très longues distances. Généralement, on peut les identifier facilement grâce à leurs gammes : loisir, entraînement ou compétition.

Si ce n’est pas l’endurance qui vous intéresse, mais plutôt la course fractionnée ou les compétitions de vitesse, ce sont des chaussures dynamiques qu’il faut privilégier. Pour celles-ci, c’est le poids et le drop qu’il faut regarder.

Privilégier le confort

Avant tout critère technique, il est très important que vous essayiez vos chaussures. Il est primordial de se sentir à l’aise dans sa paire de running ! Si vous ressentez de la gêne, que vos pieds ne sont pas complètement à l’aise, il est inutile d’insister. D’autant plus que, lors de votre course, chaque petite gêne ressentie va s’amplifier. Il n’y a donc aucun intérêt à courir avec une paire de chaussures que vous trouvez inconfortables, même si elle présente toutes les caractéristiques physiques nécessaires.

Pour bien réaliser votre essayage en magasin, munissez-vous de vos chaussettes habituelles et serrez bien vos lacets. Une fois cette étape faite, déroulez exagérément votre pied pour être sûr que vos orteils ne toucheront jamais le bord de la chaussure. Ensuite, ne vous contentez pas de rester assis, il faut que vous testiez vos chaussures en mouvement : marchez, montez des escaliers, etc.

Si vous avez prévu de vous aventurer hors des chemins tracés, il est préférable de se diriger vers des chaussures possédant une bonne quantité d’amorti. Cela vous apportera du confort sur les chemins escarpés. N’oubliez pas non plus la météo, si vous comptez courir même sous la pluie, il faut que vos chaussures proposent une protection contre les intempéries. De préférence, vérifiez qu’elles permettent aussi une bonne respirabilité.

Connaître vos pieds et votre corps

Sa forme de pied

Tous les êtres humains ne possèdent pas les mêmes types de pieds. Ils peuvent être creux, physiologiques ou plats. Pour avoir connaissance de votre morphologie plantaire, il existe une méthode simple : humidifiez vos pieds avant de les poser sur une feuille colorée ou une serviette de bain. Vous n’aurez plus qu’à observer la forme dessinée pour trouver leur gabarit ! Si vous avez les pieds larges, vous pouvez acheter une pointure au-dessus de la normale, afin d’être complètement à l’aise. Il est aussi important qu’il y ait un espace suffisant entre vos orteils et le bout de la chaussure.

Son type de foulée

Il faut savoir que 50 % des coureurs ont une foulée universelle (pronation normale), 40 % une foulée pronatrice (sur-pronation) et 10 % une foulée supinatrice (sous-pronation). Dans le premier cas, au moment du contact initial avec le sol, l’avant du pied pointe encore légèrement vers l’extérieur, ce qui provoque une pose sur le côté externe de la chaussure. Le mouvement continue et l’avant du pied se pose alors avec une force principalement concentrée au niveau du milieu de la chaussure.

Lors d’une foulée pronatrice, l’attaque du pied au sol est la même que pour la foulée universelle, mais le déroulé du pied se fait ensuite de manière plus marquée vers l’intérieur. La pression à l’avant du pied est davantage concentrée autour du gros orteil. Quant à la foulée supinatrice, l’attaque du pied se fait par l’extérieur avec un mouvement de cheville incomplet : il ne ramène pas assez le pied vers le centre pour permettre une pose à plat. Le pied se retrouve donc à toucher d’abord le sol par l’extérieur de la chaussure.

Pour connaître votre type de foulée, il faut ressortir vos chaussures usées. Vous pourrez alors analyser si vous avez plutôt tendance à poser d’abord le talon ou bien le plat du pied, voire l’avant pied. C’est une information importante car elle va permettre de connaître le drop de chaussures dont vous avez besoin. Le drop correspond à la différence de hauteur entre l’avant et l’arrière du pied. Il joue un rôle majeur sur la manière dont vous allez poser votre pied. Plus le drop de la chaussure sera faible, plus vous poserez le pied sur sa partie avant. Inversement, plus le drop sera élevé et plus vous poserez le talon en premier.

En conclusion, si l’usure se porte sur le milieu de l’avant-pied, il faut acheter des chaussures neutres. Si celle-ci est présente sur le bord interne de l’avant du pied, des chaussures pronatrices. Et si c’est le bord externe de l’avant-pied qui est usé, des chaussures supinatrices. Leurs drops seront ainsi adaptés à votre foulée.

Son poids

Concernant le poids de votre chaussure, il est déjà très important de connaître le vôtre. En effet, notre corps endure pas moins de 2 à 4 fois notre poids à chaque foulée. C’est pourquoi, en partie, il est difficile de courir sur une longue distance lorsqu’on possède une surcharge pondérale.

Pour aider dans cette étape, plus on est lourd, plus on doit se tourner vers des chaussures qui possèdent un amorti assez conséquent pour encaisser les chocs et les vibrations. Cela permettra, en plus de vous apporter du confort, de soulager vos articulations. Si vous faites moins de 80 kilos, achetez une paire qui pèse moins de 300 grammes.  Si vous êtes plus léger et que vous ne dépassez pas les 70 kilos, alors il faudra une paire de chaussures inférieure à 250 grammes.

Toujours par rapport à votre poids, si celui-ci est léger, il est préférable de choisir des chaussures souples, elles apportent de la tonicité. Par contre, si vous êtes plutôt dotés d’un fort gabarit, il faut se tourner vers des chaussures rigides, qui apportent plus de maintien.

Prendre en compte l’environnement

L’industrie des paires de chaussures a un fort impact sur l’environnement. Si c’est une cause qui vous tient à cœur, vous pouvez vous rapprocher des fabricants engagés, qui essayent de limiter leurs empreintes écologiques. Pour déterminer l’impact polluant d’une paire de running, il faut analyser la provenance de ses matériaux, sa durée de vie et comment elle sera retraitée une fois qu’elles ne servira plus. De plus en plus de marques abordent aujourd’hui une démarche plus éthique.

 

Sylviane P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *